les allergies

Date

Le printemps est parfois synonyme d’éternuements, de toux irritatives, d’écoulements et de larmoiements, autant de symptômes caractéristiques de rhinites ou conjonctivites, qui peuvent signer une allergie saisonnière. La gêne, l’inconfort se font sentir et à terme la fatigue s’installe. Comment faire avec les huiles essentielles pour contrecarrer ou limiter ces manifestations en rapport avec les pollens ou divers allergènes et retrouver le plaisir d’être au grand air en toute tranquillité ?

L’huile essentielle d’estragon

L’estragon (Artemisia dracunculus) est une plante qui est souvent plus connue pour son usage culinaire que ses vertus thérapeutiques. Pourtant, l’huile essentielle d’estragon pourrait être l’une de vos meilleures alliées en cas d’allergies saisonnières. Elle est est riche en phénols méthyl-éthers, parmi lesquels figure notamment l’estragole (méthyl-chavicol). Ce composé présente des propriétés antispasmodiques et anti-allergiques, particulièrement appréciées pour lutter contre le fameux rhume des foins (ou rhinite allergique).

L’huile essentielle de camomille matricaire

Dans la trousse d’aromathérapie contre les allergies saisonnières, on retrouve aussi l’huile essentielle de camomille matricaire (Matricaria recutita). Aussi connue sous le nom de camomille allemande, la camomille matricaire est une plante herbacée abondante en Europe centrale et en Afrique du Nord. L’huile essentielle obtenue à partir des inflorescences en capitules renferme différents composés qui lui confèrent des atouts non négligeables en cas d’allergies saisonnières. Parmi ses principes actifs, figurent notamment des sesquiterpènes comme le chamazulène ainsi que des oxydes sesquiterpéniques tels que l’oxyde d’alpha-bisabolol A et l’oxyde d’alpha-bisabolol B.

L’huile essentielle de camomille romaine

Si l’huile essentielle de camomille matricaire peut présenter des atouts en cas d’allergies saisonnières, il en est de même pour l’huile essentielle de camomille romaine (Chamaemelum nobile). Ces deux espèces de camomille présentent des similarités mais aussi des différences. La composition de leurs huiles essentielles est notamment différente. Celle de camomille romaine se distingue par sa teneur en alcools terpéniques, en cétones comme le pinocarvone, ainsi qu’en esters comme l’angélate d’isobutyle et l’angélate d’isoamyle. Grâce à cette composition, l’huile essentielle de camomille romaine est réputée pour ses vertus calmantes et relaxantes ainsi que pour ses activités anti-inflammatoires, antalgiques, anti-prurigineuses et antispasmodiques.

Prévenir rhinites et conjonctivites allergiques 

HE Camomille romaineChamaemelum nobile : 1 goutte de cette huile essentielle, 2 à 3 fois par jour sur un support neutre, à glisser sous la langue, 8 à 10 jours par mois sur les trois mois précédant la période d’allergie — Contre-indication : premier trimestre de la grossesse

OU

HE Estragon, Artemisia dracunculus : 1 à 2 goutte(s) de cette huile essentielle, 2 à 3 fois par jour sur un support neutre. A démarrer dans les deux semaines précédant la période d’allergie  — Précaution d’emploi : Usage ponctuel, pas d’utilisation prolongée sans avis thérapeutique – Contre-indiqué chez les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants.

Demander conseil à votre Pharmacien!

 

 

Plus
d'articles