Vous surveillez votre ligne ? Prenez le temps de mâcher. De nombreuses études scientifiques montrent en effet que la mastication est un paramètre fondamental du métabolisme.

Pourquoi est-il si important de mâcher?

« Sans mastication, le cerveau est incapable d’envoyer le signal de satiété à la bouche »France Guillain

Le fait de mâcher provoque après 15 à 20 minutes la libération par le cerveau d’un neurotransmetteur : l’histamine. C’est elle qui va transmettre le message « arrête de manger, tu n’as plus faim ». Conséquence: plus on mâche, moins on a faim. Mais ce n’est pas tout : non seulement l’histamine provoque le sentiment de satiété, mais en plus elle augmente le métabolisme des lipides. Donc en mâchant vous mangez moins et vous éliminez davantage. Conséquence : plus je mâche plus je maigris.

Mastiquer facilite la digestion

Mastiquer facilite la digestion car nous aurons pris le temps de découper notre nourriture en de petites molécules facilement assimilables par notre intestin grêle qui reste le principal siège de l’assimilation. A contrario, de gros morceaux mal mastiqués ne seront pas correctement assimilés, ouvrant la porte à des carences et à des troubles divers comme les flatulences, les ballonnements, la porosité intestinale…

Limiter les aliments mous!

Prédécoupés, prémâchés, prédigérés… les aliments modernes sont souvent mous et trop vite avalés.
Ce sont « les ennemis de notre ligne », précise le Dr Arnaud Cocaul,  auteur du « Régime mastication ». Il faut cesser de manger tout mou (purée, compote, yaourt….) d’où l’intérêt de maintenir une bonne proportion d’aliments crus dans notre alimentation et de commencer le repas par ceux-ci.

Que disent les études ?

De nombreuses études ont été menées par des chercheurs pour vérifier le rôle joué par la mastication dans la satiété.

Étude 1: SURPRENANTE

Institut national de la recherche agronomique (Inra)
Expérience:  La chercheuse Marie-Agnès Peyron a demandé à des volontaires de mâcher longuement leurs aliments et de ne pas les avaler. La totalité des aliments mis en bouche a été recrachée et aucune calorie n’a été consommée.
Résultat: Tous les volontaires ayant participé à l’expérience sont repartis en ayant plus faim alors même qu’ils n’avaient en réalité rien mangé.

Étude 2: Amandes à mâcher

Université d’Indianapolis, USA
Expérience: Le docteur Cassady a recruté 13 volontaires auxquels ils ont donné 55 grammes d’amandes à manger, avec des consignes sur le nombre de mastications : 10 fois, 25 fois ou 40 fois. Pendant les 3 heures suivantes les chercheurs ont évalué l’appétit des volontaires.
Résultat: Ceux qui avaient mâché 40 fois avaient moins faim que ceux qui s’étaient contentés de mâcher 10 fois avant d’avaler.

Étude 3: Estomac + sonde + mastication

Université de Wangeningen, Pays-Bas
Expérience: Les chercheurs ont recruté 26 jeunes adultes en bonne santé, 21 ans en moyenne, et leur ont fait suivre les traitements suivants:

  • Ils ont mâché des aliments sans les avaler pendant 1 minute et leur estomac a été rempli directement via une sonde par 100 mL du même aliment.
  • Ils ont mâché des aliments sans les avaler pendant 1 minute et leur estomac a été rempli directement via une sonde par 800 mL du même aliment (pour le même total calorique).
  • Ils ont mâché des aliments sans les avaler pendant 8 minutes et leur estomac a été rempli directement via une sonde par 100 mL du même aliment.
  • Ils ont mâché des aliments sans les avaler pendant 8 minutes et leur estomac a été rempli directement via une sonde par 800 mL du même aliment (pour le même total calorique.
  • Ils n’ont rien mâché et la sonde n’a pas délivré d’aliments dans l’estomac (groupe de contrôle).

30 minutes après cette expérience les participants sont passés à table avec comme instruction de « manger jusqu’à se sentir confortablement remplis.

Résultat: Les participants qui avaient mâché le plus longtemps  (8 minutes) étaient ceux qui mangeaient le moins, indépendamment de la quantité d’aliments infusés dans l’estomac via la sonde. La diminution de l’apport calorique atteint 19% pour le groupe ayant mâché pendant 8 minutes.

 

Ces travaux montrent que la mastication est un paramètre plus important que la quantité de nourriture ingérée dans le contrôle de l’appétit. Il est donc important de bien mâcher nos aliments, en particulier dans le cadre d’un régime amaigrissant.


Sources:

https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/les-regimes-sante/le-regime-mastication/je-mache-donc-je-maigris

https://www.lanutrition.fr/les-news/macher-plus-pour-maigrir-plus

https://www.lanutrition.fr/les-news/macher-plus-pour-maigrir-plus

La Mastication et ses vertus insoupçonnées

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *